Kinolu

KINOLU : Assassin's Creed

« Plongez dans l'histoire »

Contextualisation

Affiche du film Assassin's CreedSurfant sur la vague de succès créée par les jeux et supplanté par les livres, notamment ceux d’Oliver Bowden, il ne manquait plus qu’une saga cinématographique pour compléter la collection. Réalisé par Justin Kurzel et produit principalement par Ubisoft et l’acteur principal du film, Michael Fassbender, Assassin’s Creed sort dans les salles à la fin de l’année 2016. Cette année-là avait débuté avec le remake de Les 8 Salopards du géant Quentin Tarantino, et le film a dû faire face à une concurrence rude face à Rogue One : A Star Wars Story par Gareth Edwards, sorti 2 semaines auparavant. Mettant en scène Michael Fassbender et Marion Cotillard, le film s’inspire de l’univers d'Assassin's Creed pour créer une toute nouvelle histoire.

À l’origine, le réalisateur voulait adapter l’un des jeux vidéo, mais, dans le but de toucher un public plus large et attirer plus de clients potentiels pour les jeux et les livres, il décide, en accord avec l’interprète du protagoniste, de créer une nouvelle histoire.

Teasé comme un potentiel blockbuster, le réalisateur et les différents producteurs ont en tête de réaliser une trilogie.

Le film

Michael Fassbender et Ariane LabedGrâce à une technologie révolutionnaire qui libère la mémoire génétique, Callum Lynch revit les aventures de son ancêtre Aguilar, dans l’Espagne du XVe siècle.  Alors que Callum découvre qu’il est issu d’une mystérieuse société secrète, les Assassins, il va assimiler les compétences dont il aura besoin pour affronter, dans le temps présent, une autre redoutable organisation : l’Ordre des Templiers. (Allociné)

Le film suit la trame principale des jeux vidéo. Callum Lynch, incarné par Michael Fassbender, découvre Abstergo Industries (nouveau nom de l’ordre des templiers) et l’Animus à la suite d’une fausse condamnation à mort et rencontre Dr Sophia Rikkin (Marion Cotillard). L’Animus, une machine qui permet de revivre ses souvenirs génétiques. Callum va donc ici pouvoir revivre les souvenirs d'Aguilar, son ancêtre, membre du credo des assassins. Grâce à cette machine, Abstergo Industries espère pouvoir découvrir l’emplacement de la Pomme d’Éden, l’un des fragments du même nom, qui leur permettrait de mettre fin à la violence de l’humanité.

En passant dans l'Animus, Lynch découvre et revit l’histoire de son ancêtre avec ses amis, son rang, ses talents… Au fur et à mesure de son avancement, Callum développe les compétences des Assassins qui lui permettront de s’échapper d’Abstergo dans son présent.

À noter ici que les cascades dans ce film ont une très grande importance. Principalement réalisé par des professionnels du parkour et de la slackline, un record du monde à même été battu pendant le tournage. En effet, lors de la scène du Saut de la Foi, saut rendu célèbre par les jeux, le cascadeur Damien Walters a effectué un saut à 38 mètres de hauteur avec pour seule protection un énorme matelas pneumatique.

Michael Fassbender, quant à lui, a insisté pour incarner lui-même son personnage dans toutes les scènes d’échange de coup. Il a tellement travaillé pour y arriver qu’il maîtrise désormais la plupart des armes présentes dans le film.

Ce que l’on retient

Affiche secondaireAlors que le film reçoit un florilège de critique négative par les journaliste, toute moins bonne les unes que les autres, le film est relativement bien accueilli par le public et encore plus par les fans des jeux vidéo. Malgré ces critiques et avis très épars, le film recueil un peu moins de 2 millions d’entrée en France, en se classant dans le top 50 des films de l’année (31e) et est nommé comme l’une des meilleures adaptations de jeu vidéo au cinéma.

Voulant, comme dit plus haut, réaliser une trilogie, Justin Kurzel met en pause son projet à la vue des critiques qui n’ont qu’un mot à la bouche : « mou ». Michael Fassbender avouera lui-même plus tard que le film prenait un peu trop de temps à poser les bases de l’histoire et de l’intrigue pour les néophytes. Mais, à l’heure actuelle, le réalisateur et l’acteur sont toujours motivés pour réaliser une suite et peut-être même une série.

Le film a durement souffert de son idée de créer un nouveau héros. Les fans du jeu vidéo s'attendaient à une adaptation (en craignant qu'elle soit très mauvaise) et ont dû faire face à de nouveaux éléments avec pour seule base le très large univers sur lequel le film se repose. En sortant complètement de la trame des jeux, cette oeuvre permet de se lancer sur une nouvelle rampe avec son intrigue interne et ses péripéties propres, ce qui remonte la note du film.

Même si Kurzel prend beaucoup de temps pour poser ses éléments principaux, il faut se dire que le film n'aurait pas tenu debout si ces éléments n'avaient pas été ancré solidement au scénario. Le casting, quant à lui, me partage. D'un coté je suis très heureux de retrouver Marion Cotillard dans un rôle qui lui va à ravir, d'un autre je suis un peu déçu de la prestation de Fassbender qui semble trop attaché aux jeux et qui n'arrivent pas a entrer dans ce nouvel espace (j'aurais bien vu Kirk Acevedo dans le rôle principal). 

Le film inclut également de gros clins d’œil à l’univers du jeu vidéo avec la rencontre de Fassbender et des assassins les plus connus.

Sources : Wikipédia, Allociné, SensCritique, àVoiràLire, Journal du Geek, Télérama, L'Internaute, Télé-Loisirs, Écran Large, Numerama, Geeko,

Ça pourrait vous intéresser