Kinolu

KINOLU : Death Race

« Voitures rapides et filles de rêves, on fait exploser l'audimat. »

Contextualisation

Affiche du film Death RaceDeath Race (Course à la mort en VF), sorti en 2008, est un remake du film La course à la mort de l’an 2000 sorti en 1975 par Paul Bartel. Réalisé par Paul W.S.Anderson, réalisateur notamment de Pompéi en 2014, il met en scène Jason Statham (Jensen Ames et Frankenstein) et Tyrese Gibson (Machine Gun Joe) dans les rôles originalement joués, respectivement, par David Carradine et Sylvester Stallone.

Cette année là, au cinéma, on retrouve aussi de beaux succès, Hancock, de Peter Berg, et Astérix aux Jeux Olympiques, réalisé par Thomas Langmann et Frédéric Forestier, pour ne citer qu’eux.

À l’origine du projet, le film devait s’appeler Death Race 3000, et devait être un remake futuriste de Death Race 2000 en intégrant tous les clichés des voitures futuristes (fusées, champs de force…). Cependant, après écriture du scénario, l’un des producteurs principaux (Tom Cruise) se retire du projet, insatisfait par le scénario écrit. Ce n’est que quelques années plus tard que le projet refait surface quand le réalisateur annonce une nouvelle idée pour le film. Ce dernier ne serait pas un remake ni une satire ou une parodie, mais plutôt une évolution du synopsis parallèle à celle effectué par la téléréalité. 

Death Race est le premier film d’une saga un peu compliqué à suivre. En effet, selon l’histoire, ce film est censé être la fin d’une histoire retracée sur au moins 5 films. Les autres films ayant eu beaucoup moins de succès, le projet d’une saga a rapidement été annulé puis repensé. Actuellement, la saga comprend 4 films. Mais, avis personnel, le 3e et 4e opus ne font pas parti de la saga.

Le film

Jason Statham et Nathalie Martinez« 2012 - l’économie des États-Unis s’effondre. Le taux de chômage bat tous les records. La criminalité est hors de contrôle. Les prisons sont pleines à craquer. Des sociétés privées dirigent le système pénitentiaire pour le profit. La prison de Terminal Island diffuse des combats en cage sur internet. Les prisonniers se battent à mort. L’indice d’écoute bat tous les records. Ce sont les nouveaux gladiateurs et Terminal Island est leur Colisée. Mais comme la foule de la Rome antique, le public se lasse vite. Il en veut d’avantage. La course à la mort est née. »

C’est dans cette ambiance que l’on retrouve Jensen Ames (Jason Statham) qui va devenir, bien malgré lui, le « nouveau mécano » et le “nouveau” pilote favori de la foule. Héritant non seulement de la popularité du coureur « aux 4 victoires Frankenstein », il hérite « aussi des potes », dont la rivalité avec Machine Gun Joe (Tyrese Gibson) qui est la pierre angulaire de ce film. L’objectif pour Ames est de s’échapper de Terminal Island (qui pourrait facilement s'apparenter à la prison d'Alcatraz) et de récupérer sa fille dont il a été séparé quand on l’a accusé, à tort, du meurtre de sa femme.

Sous nos yeux, vont s’affronter 9 pilotes prêts à tout pour survivre et passer la ligne d’arrivée en première position. Mitrailleuse lourde, lance-flammes, « canon RPG-7 à réarmement automatique »… Tout est autorisé sur le circuit et plus le combat est sanglant, plus l’audimat augmente. Ce n’est pas assez ? Rajoutez une « question à $100 » pour pimenter encore plus la course.

Petit hommage du réalisateur au film de 1975, dans la version originale, c’est David Carradine qui prête sa voix à Frankenstein pendant les premières minutes du film.

Installez-vous confortablement, faîtes vrombir les moteurs, préparez vos répliques les plus cinglantes, remplissez vos bolides « du plus d’armes et de munitions possibles » et comme dirait Coach (Ian McShane) : « Je ne supporte pas qu’on touche à ma caisse ! »

Pour connaître l’origine de la course à la mort, je vous invite à vous intéresser au deuxième film de la saga, Death Race 2 par Roel Reiné, sorti en 2011, qui met en scène l’origine de cette course.

Ce que l’on retient

Ford Mustang GT vs Dodge Ram 1500Violence, grosses voitures et jolies filles. Voilà, en 6 mots, comment résumer ce film. Certes, le scénario n’est pas des plus poussés, mais l’ambiance générale du film se suffit à lui-même. Envie de décompresser ? Prenez plaisir à regarder Jason Statham à bord de sa Ford Mustang GT affronter un Tyrese Gibson vulgaire et violent au volant de l’enfant illégitime d’un Dodge Ram 1500 Quad Cab survitaminé et d’un un brise-glace.

Ce film, bien que considéré comme un simple film d’action cliché venu tout droit des États-Unis, pourra même vous faire sourire et rire avec ses personnages haut en couleur et ses répliques crues qui restent facilement en tête. Même si le scénario n'est pas la pièce maîtresse du film, il faut souligner la qualité des décors et des accessoires qui ne font pas tâche avec le monde cinématographique actuelle (à contrario de l'oeuvre originale). 

Les personnages principaux sont interprétés par des acteurs qui incarnent à la perfection leur rôles. Ce sont des rôles qui leur correspondent et cela se sent au visionnage.

Death Race fait parti de cette liste de film que l'on regarde avant tout pour ne pas réfléchir, juste pour passer un bon moment (et en l'occurrence un très bon moment) et l'objectif est parfaitement bien rempli ici. Et pour encore moins réfléchir, le film suit une logique classique qui ne dérange en rien l'aspect de la réalisation : pose de l'intrigue, péripéties, dénouement, morale. Même si les détracteurs de ce genre de film argumenteront toujours sur le fait que ce film est "trop gros" il faut penser à noter que cette lourdeur dans la réalisation est faîte pour l'ambiance générale du film et que, lorsque l'on prend du recul sur le film complet, cela ne pose aucun problème. Au contraire ! C'est cette même lourdeur qui va donner du rythme et du suspense au film.

Si je ne devais retenir qu’une seule chose dans ce film, ce serait clairement impossible. Il y a, au cœur de ces 111 minutes de violences, nombre de scènes et de répliques mémorables qui valent largement le coup d’être vues et revues.

Sources : Wikipédia, Allociné, SensCritique, IMDb, Dolls and Games, Tinsel.tv,

Ça pourrait vous intéresser