Kinolu

KINOLU : Harry Potter et les Reliques de la Mort

« Dobby n'a pas de maître ! Dobby est un elfe libre. »

Contextualisation

Couverture du livre Harry Potter et les Reliques de la Mort édition GallimardC’est ici que va s’achever la saga originale des aventures du jeune sorcier mondialement connu. Publié le 21 Juillet 2007 (26 Octobre 2007 en France), Harry Potter et les Reliques de la Mort est le 7e et dernier tome de l’œuvre de J. K. Rowling.

L’histoire prend vie quelques semaines seulement après la fin du précédent tome, Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé et les fans sont plus qu’impatient de découvrir le dénouement final de l’histoire. Et pour ajouter encore un poids à l’effet marketing de l’œuvre, le film Harry Potter et l’Ordre du Phénix (par David Yates), adapté du cinquième livre, sort quelques semaines auparavant.

En terme de ventes, cet opus est le meilleur de toute la saga sur les premiers jours de la sortie. En effet, il s'écoule pas moins de 8 millions d’exemplaires aux États-Unis et 3 millions en Grande-Bretagne dans les 48 premières heures. En France, le score établit par le précédent livre (800 000 exemplaires) est dépassé de 300 000 sur la même période, ce qui correspond à près de la moitié du stock prévu par l’éditeur.

Résumé de l'opus précédent :

Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Au cours de cette année, Harry doit tout faire pour se lier d'une profonde amitié avec le nouveau professeur de potion, Horace Slughorn, qui détient la clé pour vaincre Voldemort. Et ce que Harry et Dumbledore vont découvrirent dépasse toutes leurs attentes ! Voldemort a divisé son âme en plusieurs morceaux, ce qui lui permet de renaître lorsque l'une d'elle est détruite. Et c'est débutant leur recherche que Dumbledore se fait tuer par nul autre que Severus Rogue lui-même.

Le livre

Couverture du livre Harry Potter et les Reliques de la Mort édition Folio JuniorLe film (sorti en 2010 et 2011 par David Yates), bien qu’adapté en 2 parties, tente tant bien que mal de présenter le plus d’éléments possibles des plus de 800 pages que compte le roman. Mais, fidèle à toutes les autres adaptation, il omet nombre de détails et de passagers relativement importants (une trentaine). Je vais ici vous en présenter 2 qui m’ont interpellés en visionnant le film.

Je passe certains nombres d’oublis et me rends directement au mariage de Bill et Fleur au Terrier. Comme on peut l’apprendre dans le film, le mariage de Bill et Fleur aurait aussi été l’occasion pour les amis de Harry de lui souhaiter son anniversaire. Et qui dit anniversaire dit cadeau. Et parmi ces cadeaux, Harry recevra de la part de Hagrid (un des nombreux invités n’apparaissant pas au moment du mariage) une petite sacoche que Harry gardera autour du cou pendant toute l’histoire. Dans cette sacoche, agrandi par magie, il y range plusieurs objets dont le morceau de miroir de Sirius, le vif d’or reçu lors du testament et sa baguette, cassée plus loin dans l’histoire...

Je vous propose une imposante ellipse et vous donne rendez vous dans l’avant-dernier chapitre. Lorsque Harry, Ron et Hermione discutent en traversant le pont, Harry décide de réparer sa baguette. En effet, cette dernière n’a pas été cassée entièrement et les poils de la plume de Fumseck à l’intérieur la maintiennent toujours en un seul morceau. Il est aussi en possession de la baguette de sureau, qui, étant la plus puissante baguette au monde, lui permet de lancer le sortilège « Reparo » sur sa baguette et de la réparer avant de se débarrasser du bâton de la mort.

 

Ce que l’on retient

Couverture du livre Harry Potter et les Reliques de la Mort édition BloomsburyVendu à plus de 55 millions d’exemplaires, ce dernier tome est adulé par les critiques. Ayant été récompensé par plus de 12 titres, cet opus clôt l’histoire en beauté et nous permet de mettre un point final aux aventures de Harry Potter.

Cependant, l’univers du sorcier ne s’arrêtera pas sur cette si belle fin. En effet, depuis un dernier chapitre presque inutile, l’autrice et ses collaborateurs rédige nombre d’oeuvres, littéraires ou cinématographiques, toutes plus habillées d’anachronisme, d’incohérence et de manque d’intérêt les unes que les autres. Il est bien malheureux de voir que désormais, l’univers de Harry Potter, The Wizarding World, n’est devenu qu’une source de revenu alors qu’il était l’une des plus belle sources d’inspiration et de rêve de notre génération.

Pour ébaucher mon avis personnel, je dirais simplement qu’il faut être rendu à un certain point de manque de créativité pour réaliser une trilogie cinématographique à partir d’une encyclopédie scolaire.

 

Sources : Wikipédia, Fandom Wiki Harry Potter, Babelio, Amazon, Gallimard, Rakuten,

Ça pourrait vous intéresser