Kinolu

KINOLU : Jurassic Park

Quand 2 espèces, séparées de 65 millions d'années, se retrouvent face à face.

Contextualisation

Affiche originale du film

En 1989, Steven Spielberg rencontre Michael Crichton pour discuter d'une idée de scénario. Cette discussion aboutira à la création du scénario sur lequel se base la série Urgences, réalisée par Crichton, sortie entre 1994 et 2009.

Le rapport avec Jurassic Park, me direz-vous ? Et bien, il se trouve que Spielberg en est le réalisateur et que Crichton n'est autre que l'auteur du livre sorti en 1990, Jurassic Park, qui a plus qu'inspiré le scénario. En effet, alors que le livre n'était pas encore fini d'être écrit, comme pour le film Abraham Lincoln chasseur de vampires, Crichton est requis pour participer à l'adaptation cinématographique de son histoire (principalement pour l'écriture du scénario). Le livre étant assez long, le film ne garde qu'entre 10 % et 20 % du contenu littéraire.

À la césure des années 1980 et 1990, plusieurs sociétés de production se battent pour obtenir les droits d'adaptation du livre (notamment Warner Bros qui voulait confier le projet à Tim Burton). C'est finalement Universal qui finira par enobtenir les droits, et, pour s'assurer de la confiance de l'auteur, ajoute 500 000 $ à la somme demandée initialement par Crichton pour pouvoir faire adapter son oeuvre. Universal charge alors Steven Spielberg de réaliser ce film. Spielberg ne voulait pas, à la base, travailler sur ce film, car il était trop impatient de pouvoir réaliser La Liste de Schnilder. Les hautes instances lui en donnent alors le feu vert à une seule condition : réaliser Jurassic Park avant.

Et si ce n'était pas assez pour penser que le film n'aurait jamais pu voir le jour, il reste encore un petit détail avant le lancement du tournage (la préproduction du film ayant quand même durée plus de 2 ans). Spielberg voulait absolument Sam Neill pour incarner le personnage principal de l'histoire : le professeur Alan Grant. Cependant, il a fallu attendre que Neill termine ses films en cours de tournage avant de pouvoir l'inclure au projet Jurassic Park.

Le film

Un animatronique de plusieurs tonnesNe pas réveiller le chat qui dort... C'est ce que le milliardaire John Hammond aurait dû se rappeler avant de se lancer dans le "clonage" de dinosaures. C'est à partir d'une goutte de sang absorbée par un moustique fossilisé que John Hammond et son équipe ont réussi à faire renaître une dizaine d'espèces de dinosaures. Il s'apprête maintenant avec la complicité du docteur Alan Grant, paléontologue de renom, et de son amie Ellie, à ouvrir le plus grand parc à thème du monde. Mais c'était sans compter la cupidité et la malveillance de l'informaticien Dennis Nedry, et éventuellement des dinosaures, seuls maîtres sur l'île... (Allociné)

Je ne vais pas m'attarder à vous dérouler le scénario du film. Beaucoup le connaissent déjà et pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, je vous invite à aller voir ce film qui mérite amplement les éloges qui lui sont faites. Je vais plutôt m'attarder sur des détails du tournage qui en amuseront et, ou, en surprendront plus d'un.

À l'image de la contextualisation du film, son tournage ne fut pas non plus de tout repos. En effet, après seulement 19 jours de tournage, une tempête (l'ouragan Iniki) s'abat sur le lieu de tournage. Et à réalisation originale, casting original ! Plusieurs membres de l'équipe de production apparaissent dans le film (un producteur interprète un vétérinaire et le directeur de la photographie un ouvrier des docks). De plus, la célèbre réplique de Ian Malcom sur le fait que le métier de paléontologue est un métier « éteint » vient, en fait, du superviseur des animatroniques, qui a exprimé ces mots au sujet de son métier face à la technologie numérique, pendant le tournage.

Ce qui fait le cachet de Jurassic Park, c'est aussi ce nombre impressionnant d'animatroniques insérés au film. Bien que les images de synthèse ont assez mal vieilli, les animatroniques restent fidèles à l'ambiance du film. Il faut remarquer ici que dès qu'un dinosaure, hormis le T-Rex, apparaît entièrement à l'écran, c'est une image de synthèse. Mais si ce n'est qu'un partie de son corps (la tête d'un Brachiosaurus par exemple) c'est un animatronique. Quant au T-Rex, personnage à part entière du film, il a droit à son propre animatronique complet. Cette dernière pèse entre 5 et 6 tonnes et son utilisation fut plus que laborieuses dans les scènes de pluie ou le latex gorgé d'eau ne faisait qu'augmenter le poids de la machine.

L'équipe de tournage travaille également pendant un temps avec Sillicon Graphics et Apple afin de produire les scènes de laboratoire et les animations des ordinateurs.

Tellement convaincu de la réussite du film, Spielberg laisse les rennes de la post-production à George Lucas afin de pouvoir démarrer La Liste de Schnilder au plus tôt.

Ce qu'on en retient

Scène finaleEt cette confiance de Spielberg dans son film n'est pas peu dire quand on s'aperçoit que même l'expression "chef d'œuvre" n'est pas assez forte pour parler de Jurassic Park. Nominé pour 22 récompenses, le film en obtiendra 13 dans toutes les catégories (distribution, son, effets visuels, genre, scénario...).

En terme de box-office, le film restera N°1 au box-office mondial jusqu'à l'arrivée de Titanic en 1997 (donc de 1993 à 1998). Il sera aussi le premier film à dépasser les 900 millions de dollars de recettes.
Ayant été plus que bien accueilli dans l'hexagone, il sera récompensé par la première place au classement de 1994 et accumulera plus 6.5 millions d'entrées dans les salles obscures françaises.

Une des autres originalités du film est de présenter directement à l'écran ses propres produits dérivés (tous visibles dans la scène de la boutique du parc). Ce qui permettra à la production de ne pas avoir besoin de faire une grosse campagne publicitaire pour les vendre.

Supplanté d'une bande originale reconnaissable entre 1000 (que j'écoute actuellement pour écrire cet article), les produits dérivés ont aussi pu compter parmi eux un album de cette bande originale comprenant également des titres non utilisés.

Excellemment reçu par les critiques en terme de qualité visuelle et sonore, il le sera malheureusement un peu moins en terme de scénario et d'anachronismes.

Devant cette montagne de succès, l'équipe ne tardera pas à produire une suite : Le Monde Perdu : Jurassic Park en 1997.

Encore beaucoup d'anecdotes entourent ce film et je vous invite à aller lire cet article pour halluciner devant le travail remarquable de la réalisation sur des détails infimes et sur des liens inconcevables dans et autour du film.

Note plus personnel, il m'a fallu un certain nombre d'heures avant de me rendre compte que l'acteur qui joue Tim, Joseph Mazzello, n'est autre que l'interprète de John Deacon dans Bohemian Rhapsody.

Sources : Wikipédia, Allociné, IMDb, Première, Fandom Wiki Jurassic Park, Consumed By Film, Empire, Kaakook, La comté du geek,

Ça pourrait vous intéresser