Kinolu

KINOLU : Captain America : First Avenger

Le point Godwin, c'est fait.

Avant-propos

Depuis 1944, Captain America a été le sujet de plusieurs adaptations. Cependant, l'adaptation traitée ici est la première adaptation cinématographique pour le personnage. Dans l'ordre, Captain America a été porté sur un serial de 15 chapitres en 1944 (par Elmer Clifton et John English) et sur 3 téléfilms en 1979 (Captain Amrica, par Rob Holcomb, et Captain America 2, par Ivan Nagy) et 1990 (Captain America, par Albert Pyun). Officiellement, le deuxième téléfilm a été diffusé dans les salles obscures mais uniquement en Europe, ce qui ne permet pas de lui attribuer le rôle de première adaptation au cinéma.

Contextualisation

Couverture du premier comic Captain America

Sorti en 2011, Captain America est le 5 épisode de la première phase du Marvel Cinematic Universe. C'est aussi le dernier film de cette phase centrée sur un seul super-héros. À la différence des précédents films, et de presque tous les films que compte le MCU, Captain America : First Avenger n'a pas lieu à notre époque, mais en plein milieu de la Seconde Guerre mondiale. Il est important de noter un autre « 5 » : c'est ici la 5e adaptation cinématographique de Captain America. Mais remontons d'abord plusieurs années en arrière pour introduire le personnage comme il se doit.

Créé en 1940 par Stan Lee et Joe Simon, Captain America est, à l'origine, inventé pour renforcer l'esprit de patriotisme qui règne aux États-Unis lors de la Seconde Guerre mondiale (point Godwin ✓). Avant même l'entrée en guerre des États-Unis, Captain America devient le porte-drapeau du pays face au nazisme et au totalitarisme du Troisième Reich.

Dans cette adaptation, Captain America est interprété par Chris Evans, acteur ayant déjà fait ses preuves en tant que super-héros dans Les 4 Fantastiques (sorti en 2005 par Tim Story) où il incarne La Torche humaine. Mais avant d'accepter le rôle, rôle, qu'il a auparavant refusé 3 fois, ce dernier a été proposé à de grands noms tel que Will Smith, Channing Tatum, Sam Worthington et bien d'autres ! À noter que dans ce film, les producteurs voulaient absolument mettre en scène un acteur américain afin de renforcer encore plus la crédibilité du personnage. En terme de réalisation, cet opus est réalisé par Joe Johnston, notamment réalisateur du premier film Jumanji, sorti en 1995.

Chris Evans est, ici, rejoint par Hayley Atwell en tant que Peggy Carter et Sebastian Stan dans le rôle de James Barnes, alias Bucky. À ce trio, s'ajouteront 2 acteurs récurrents dans le MCU : Dominic Cooper dans le rôle d'Howard Stark et Samuel L. Jackson pour interpréter l'agent et directeur de la Stratégie Habileté Intervention Exécution et Logistique Défensive (Strategic Homeland Intervention Enforcement Logistics Division en VO), le SHIELD : Nick Fury.

Le film

Affiche du filmCaptain America: First Avenger nous plonge dans les premières années de l’univers Marvel. Steve Rogers, frêle et timide, se porte volontaire pour participer à un programme expérimental qui va le transformer en un Super Soldat connu sous le nom de Captain America. Allié à Bucky Barnes et Peggy Carter, il sera confronté à la diabolique organisation HYDRA dirigée par le redoutable Red Skull. (Le blog du cinéma)

L'axe principal du film est de suivre la transformation du frêle Steve Rogers en Super Soldat. Cette transformation se fait par le biais d'un composé chimique formulé par Howard Stark, père de Tony Stark (alias Iron Man). Ce composé est relativement le même que celui que l'on retrouve dans le L'Incroyable Hulk (sorti en 2008 par Louis Leterrier). À la suite de cette transformation, Steve Rogers va devenir Captain America et incarner tous les symboles qu'il en découle. Tout d'abord représentant du patriotisme, puis porte-drapeau, il finira par devenir une sorte d'amuseur de foire et fera demi-tour vers ses premières intentions : devenir soldat et combattre pour son pays.

Il est intéressant de noter ici que Chris Evans a tenu à jouer lui-même toutes les étapes de la vie de Steve Rogers, et il faut remercier la magie du cinéma, des effets spéciaux et de la doublure maigrichonne de Chris Evans, Leander Deeny, pour avoir rendu cette évolution visuelle parfaite.

En parlant d'effets spéciaux, il faut rendre à César ce qui est à César ! En effet, le réalisateur de Captain America : First Avenger, Joe Johnston, n'est autre que le directeur artistique de la trilogie original de la guerre des étoiles : Star Wars IV : Un nouvel espoir (sorti en 1977 par George Lucas), Star Wars V : L'Empire contre-attaque (sorti en 1980 par George Lucas) et Star Wars VI : Le Retour du Jedi (sorti en 1983 par George Lucas).

Le film se termine par un saut temporel où on retrouve Captain America qui se réveille à notre époque après avoir été emprisonné dans la glace pendant 70 ans (le syndrome du Super Soldat l'empêchant de mourir congelé) et où il fait la rencontre de Nick Fury.

Pour ce qui est de la scène post-générique, on peut simplement y voir Steve Rogers dans une salle de boxe qui se défoule sur un sac de frappe lorsque Nick Fury l'interrompt pour l'inviter à rejoindre les Avengers.

Mais que serait un film du MCU sans un caméo de Stan Lee ? Question difficile. Ici, le plus célèbre scénariste et éditeur de comics, incarne un vétéran de la guerre venu applaudir Captain America dans un meeting où finalement, il ne se montrera pas. À noter aussi que des caméos de Wolverine et de Magnéto furent envisager mais refusés après discussions avec la Twentieth Century Fox, propriétaire de ces personnages.

Ce que l'on retient

Chris Evans et Sebastian Stan (au premier plan)Avec ses 370 millions de dollars de box-office, Captain America : First Avenger se classe loin derrière Iron Man 2 et ses 620 millions de dollars. Le film a reçu, bien que positif dans l'ensemble, un accueil assez mitigé. Sur le territoire français, le film produira l'une des moins bonnes audiences dans les salles obscures de la licence depuis le lancement du MCU avec tout juste 1 millions d'entrées, ce qui le place à la 49e place du classement de l'année 2011 avec aucune semaine en tête du box-office sur l'année complète.

Pour ce qui est du MCU, la première phase prendra fin moins d'une année plus tard avec la sortie tant attendue du rassemblement des super-héros de cette première phase : Avengers. Captain America reviendra, lui, en tant qu'acteur principal, au milieu de la phase 2 du MCU dans Captain America : Le soldat de l'hiver.

Cependant, ce film se classe tout de même assez haut dans le classement des box-office de film se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale, derrière Pearl Harbor (sorti en 2001 par Michael Bay) et Il faut sauver le soldat Ryan (sorti en 1998 par Steven Spielberg).

Captain America : First Avenger est là, comme plusieurs autres films du MCU, pour nous introduire le personnage en prévision d'un grand rassemblement de liaisons complexes d'intrigues. S'attaquant aux sensibles sujets du patriotisme américain et de la Seconde Guerre mondiale, Joe Johnston pend le pari de couver les 2 sous un film de super-héros mélangeant différents genres : action, guerre, aventure, science fiction et une touche de comédie. Le réalisateur écrase ici sans encombre le risque de voir son film de super-héros devenir une caricature grossière du patriotisme C'est une très belle réussite visuelle qui s'offre à nous avec son mélange de cinéma d'antan et de nouvelles technologies de réalisation.

En ce qui est de l'aspect historique du film, la décision de rester dans l'époque originale des comics, contrairement à Iron Man, est plus que salvatrice tant elle est logique, et permet à Captain America de vraiment incarner l'esprit et la vision du personnage qu'avaient ses créateurs. L'équipe du film reste fidèle aux événements de l'époque et s'appuie très fortement dessus pour créer une aventure de science-fiction qui tient la route et qui s'ancre sans problème dans la narration générale de l'univers Marvel sur grand écran.

Sources : Wikipédia, Allociné, SensCritique, Écran Large, Chronique Disney, Marvel, Le blog du cinéma, Medium,

Ça pourrait vous intéresser