Kinolu

KINOLU : The Party

Satire ou parodie ?

Contextualisation

Affiche du film The PartyConnus pour leurs collaborations dans 5 des 8 films La Panthère Rose, Blake Edward et Peter Sellers se retrouvent ici pour le tournage d'une comédie bien plus légère. Sorti quelques temps après le plus grand film de science-fiction de l'histoire du cinéma, 2001, l'Odyssée de l'espace, le duo s'attaque ici à un tout autre sujet.

The Party est, en réalité, une parodie de La Nuit, sorti en 1961 par Michelangelo Antonioni. La Nuit dépeint un ennui profond venu des joies artificielles, ce que Edward retranscrira via l'utilisation de nombreux codes de Jacques Tati en transformant chaque personnage et chaque objet en une source infinie de gags et de rires. On remarque notamment ici la touche de Tati avec cette mise en avant des détails insignifiants comme dans Playtime, sorti un an auparavant, où le son se transforme en élément phare de l'oeuvre.

Pour revenir à The Party, Blake Edwards s'arme du meilleur atout de La Panthère Rose, sorti en 1963, avec l'acteur Peter Sellers. À noter que Sellers n'est que personnage secondaire en 1963 et que la qualité de son jeu d'acteur et ses talents indéniables d'improvisation lui vaudront le rôle d'acteur principal dès la suite en 1964 avec Quand l'inspecteur s'emmêle.

Ce sont ces talents d'improvisation qui permettront à The Party d'être le succès que nous connaissons aujourd'hui. En effet, secondé par l'actrice française Claudine Longet, Peter Sellers dut travailler avec un scénario d'une soixantaine de pages (65 pages exactement). Blake Edward a, ici, tout misé sur son casting et l'interprétation des gags par Sellers.

Le film

Peter Sellers et Claudine LongetHrundi V. Bakshi, un acteur indien, est engagé par un studio hollywoodien pour interpréter un soldat indigène dans un remake de Gunga Din. Faisant preuve d'une terrible maladresse, il fait exploser un coûteux décor. Exaspéré, C.S. Divot, le producteur, demande à ce que le nom de Bakshi soit inscrit sur une liste noire. Mais suite à un quiproquo, le comédien indien se retrouve en fait invité à la soirée annuelle du studio... (Allociné)

Enchainant les gags de la première à la dernière seconde, Peter Sellers aka Bakshi, devient le centre de toute l'attention du public. À travers ces images, le spectateur change de rôle et devient lui-même acteur du film. Retenant son souffle entre chaque maladresse et attendant impatiemment la prochaine, l'assistance crée d'elle-même un suspens et une tension drôlement insoutenable.

Dissimulés au milieu des maladresses toutes plus hilarantes et inattendues les unes des autres, Peter Sellers et Claudine Longet nous offrent une histoire d'amour naissante entre 2 personnages issus de classe totalement différentes. Cette histoire permet aux deux milieux de se rapprocher et de se confondre. 

Grâce à tous ces éléments, Blake nous présente ici l'aventure d'un bon vivant perdu dans une soirée chic tenue par une classe sociétale dont il ne connaît rien et dont tout l'oppose. Entre tâche et joyaux, Bakchi crée le malaise de la différence de classe. Mais ce malaise n'est que passager et l'humour du personnage devient un symbole de rassemblement pour le public.

Ce que l'on retient

Peter Sellers

Aujourd'hui encore nommé comme l'une des plus grandes comédies de l'histoire du cinéma, The Party a ravi les foules dès le premier jour. À la 32e position du box-office américain cette année-là, le film produit plus de 2,9 millions de dollars de recettes avec un budget original ne dépassant pas les 1,5 millions. 

Le pari de Blake Edwards de miser sur le talent de ses acteurs plutôt que sur son scénario est amplement réussi. Nous démontrant une fois de plus ses dons d'improvisations, Sellers initie sous nos yeux un genre du burlesque poussé dans ses plus profonds retranchements. Bien que n'ayant pas son talent, Rowan Atkinson reprendra le flambeau avec le personnage de Mr Bean dont l'humour et la maladresse divise encore le public.

Nombre de critiques s'accorde aujourd'hui pour acclamer cette comédie qui dépasse toutes les attentes. Edward prend le risque d'imposer sa satire de la société moderne de son époque en dépeignant des inégalités de classe dissimulées sous une montagne de gags et un burlesque sans égal. Avec l'aide de Peter Sellers, le réalisateur s'offre la parodie d'une satire des ses contemporains.

Bien qu'ayant visuellement subi les épreuves du temps, The Party est, à sa façon, une somptueuse avant-garde de notre société. Force d'un humour sans commune mesure, le spectateur ne peut s'empêcher de subir les travers de sa société tout en participant activement à la comédie qu'il a sous les yeux.

Blake Edward et Peter Sellers se retrouveront plusieurs années plus tard, en 1975, pour continuer leurs aventures de la Panthère Rose avec Le Retour de la Panthère Rose.


Note : Aux États-Unis, 2001, l'Odyssée de l'espace et The Party sont, respectivement, sortis le 3 Avril 1968 et le 4 Avril 1968.

Sources : Wikipédia, Allociné, àVoiràLire, Les Inrockuptibles, ARTnews, Put Locker, DVD Classik, Moviechat, List Challenges,

Ça pourrait vous intéresser