Kinolu

KINOLU : Astérix et Obélix mission Cléopâtre

De ZZ Top à Mirabeau en passant par la Tour de Babel et SFR.

Contextualisation

Affiche du film Astérix et Obélix mission CléopâtreAprès le succès de son précédent film, Didier, en 1998, Alain Chabat est contacté par le parrain du cinéma français, Claude Berri. Réalisateur ou producteur de certains des plus grands succès du cinéma français, Berri possède les droits d’adaptation de la bande dessinée Astérix sur grand écran, il encourage alors Chabat à se lancer dans l’une d’elles. Écartant de base le volume Astérix et Cléopâtre, « trop difficile à tourner et nécessiterait trop de moyens » (Alain Chabat), il s’oriente vers une adaptation d’Astérix Gladiateur, d’ores et déjà adapté en film d’animation par Paul Brizzi et Gaétan Brizzi en 1985 dans Astérix et la surprise de César (adaptation d’Astérix Gladiateur et Astérix légionnaire).
De son côté, Berri imagine dès le début du projet l’adaptation de Astérix et Cléopâtre, à son sens le « plus cinématographique » de par les nombreuses possibilités en termes de costumes et de décors . En effet, Uderzo et Goscinny ont travaillé sur le volume après avoir découvert le film Cléopâtre de Joseph L. Mankiewicz sorti en 1963. En lui assurant son soutien financier devant l’imposante demande de moyen pour une telle réalisation, Berri parvient à convaincre Chabat et tous deux se lancent dans l’aventure.

Voulant, comme à son habitude, s’entourer d’une équipe française, Chabat choisit à ses côtés la troupe des Nuls avec Chantal Lauby dans le rôle de  Cartapus, mais également  Dominique Farrugia pour son soutien vis à vis de la communication. N’ayant pu se libérer pour interpréter un rôle, il participe au casting pour jouer le rôle de Cléopâtre et ce passage sera ajouté à l’une des bandes annonces. 
La quasi-totalité de l’équipe des Robins des Bois rejoint aussi l’aventure. On y retrouve donc  Marina Foïs (Sucettalanis), Maurice Barthélemy (Couloirdebus), Jean-Paul Rouve (Caïus Antivirus), Pascal Vincent et Pierre-François Martin-Laval (tous deux en légionnaire de catapulte). Pour le rôle de Numérobis, c’est Jamel Debbouze qui est choisi, Alain Chabat révélera plus tard que le rôle a été écrit sur mesure pour l’humoriste. Le chef d’orchestre de cette aventure est également rejoint par son ami Gérard Darmon pour interpréter Amonbofis, l’antagoniste de son film. Et cerise sur le gâteau, la troupe se pare de l’actrice Monica Bellucci pour interpréter le rôle phare de la pharaonne égyptienne au grand nez : Cléopâtre.

Le film

Gérard Depardieu, Christian Clavier, Claude Rich et Jamel DebbouzeCléopâtre, la reine d’Égypte, décide, pour défier l'Empereur romain Jules César, de construire en trois mois un palais somptueux en plein désert. Si elle y parvient, celui-ci devra concéder publiquement que le peuple égyptien est le plus grand de tous les peuples. Pour ce faire, Cléopâtre fait appel à Numérobis, un architecte d'avant-garde plein d'énergie. S'il réussit, elle le couvrira d'or. S'il échoue, elle le jettera aux crocodiles.
Celui-ci, conscient du défi à relever, cherche de l'aide auprès de son vieil ami Panoramix. Le druide fait le voyage en Égypte avec Astérix et Obélix. De son côté, Amonbofis, l'architecte officiel de Cléopâtre, jaloux que la reine ait choisi Numérobis pour construire le palais, va tout mettre en œuvre pour faire échouer son concurrent. (Allociné)

Réalisé à la “Alain Chabat”, le film est bourré de références toutes aussi diverses les unes que les autres. 
Si l’on reprend uniquement l’accroche de cet article, on y retrouve 3 égyptien faisant tournoyer leur blocs de construction comme le groupe ZZ Top se plaisait à le faire avec ses instruments. 
Pour ce qui est de Mirabeau, une des répliques de Astérix, « Nous sommes ici par la volonté et en mission pour Cléopâtre. Nous ne partirons que le travail terminé, par Toutatis. », fait directement référence à la célèbre phrase du politicien aux États Généraux : « Nous sommes ici par la volonté du peuple et nous n'en sortirons que par la force des baïonnettes. ». 
La tour de Babel, quant à elle, est représentée vers la fin du film, quand la réalisation nous offre une vue en grand angle de l’avancement de la construction en 2 étapes, rappelant les peintures célèbres de la tour par Peter Brueghel l'Ancien. 
Il faut s’attarder sur la prononciation d’un dialogue pour repérer le clin d'œil à SFR. Lorsque Itinéris, référence évidente à l’ancien nom d’Orange ‒ ce qui explique ses problèmes de réseau ‒, mène sa manifestation, Panoramix la soutient en prononçant « Itinéris à raison, De pas se laisser faire. » Quand on y regarde de plus près, ces derniers mots se prononcent “se l’SFR”.
La liste complète de ces références est disponible sur Cineclap.

Pour en revenir au film, il est amusant de noter que 500 ouvriers ont été mobilisés pour les décors, 11 kilomètres de tissus furent utilisés pour les costumes ainsi que 5000 sandales, et pas moins de 1500 perruques ont été confectionnées pour les différents rôles, dont une douzaine spécialement pour Monica Bellucci.

Un scène en particulière est intéressante à étudier : celle où Amonbofis engage la révolte des ouvriers. À elle seule, la scène compte près de 2000 figurants et a été la victime d'une tempête de sable qui stoppa la réalisation pendant 2 jours. Et si certains remarquent une légère différence dans le tournage et le cadrage des plans, c’est parce que Luc Besson en personne était de passage sur le tournage et a insisté pour prendre, le temps d’une journée, le rôle de caméraman.

Notons également le caméo du producteur, Claude Berri, dans le rôle du portraitiste de Cléopâtre.

Autre anecdote notable, le réalisateur, Alain Chabat, attrapa la tourista et dut diriger ses équipes par talkie-walkie pendant quelques jours.

Ce que l'on retient

Monica Bellucci et Alain ChabatAvec plus de 14 millions d'entrées sur le sol français, Astérix et Obélix Mission Cléopâtre est, aujourd’hui encore, dans les 10 premières marches (en 7e position entre Avatar de James Cameron en 2009 et Les Dix Commandements de Cecil B. DeMille en 1956) du classement des plus gros box-office des salles obscures de France et la première marche uniquement sur l’année 2002. 
Son budget astronomique, pour une réalisation française, de 58 millions d’euros (330 millions de francs à l’époque) lui octroie la 9e place du classement des plus gros budgets pour un film français.

Les critiques, majoritairement positives, et son succès indéniable sur les écrans, permettent au film de retenir le titre de classique du cinéma français. Peu de gens, aujourd’hui, avouent ne pas encore avoir vu ce chef d'œuvre d’écriture. Alain Chabat nous propose ici une retour en enfance où nos héros gaulois voyagent hors de leur petit village pour apporter leur aide à leurs amis lointains. 

Dernier message à ceux qui en douteraient, le célèbre monologue d’Edouard Baer sur la situation d’un scribe est bel et bien une parfaite improvisation. Devant être coupée au montage, elle est aujourd’hui l’une des répliques les plus cultes du film.

À la suite de cette adaptation, il nous faudra attendre 6 années pour retrouver une adaptation live des aventures de Astérix avec Astérix aux Jeux olympiques, sorti en 2008 et réalisé par Frédéric Forestier et Thomas Langmann.

Sources : Wikipédia, Allociné, Télé-Loisirs, Écran Large, Lille Addict, CNC, Cineclap, Astérix, ina.fr,

Ça pourrait vous intéresser